Auto-entrepreneurs

Auto-entrepreneur désigne un régime français de travailleur indépendant. Ce régime a été créé en 2008 et il permet à ces travailleurs, de bénéficier d’une gestion administrative simplifiée. Cela s’explique entre autres, par le remplacement des cotisations sociales et autres impôts et taxes par un versement unique proportionnel au chiffre d’affaires.

Le régime d’auto-entrepreneur a été créé pour faciliter le démarrage d’une activité. En effet il est très facile de démarrer une activité d’auto-entrepreneur ou de l’arrêter, il suffit simplement de rédiger une déclaration.  
Cet allégement des formalités et l’un des avantages majeur de ce régime. 
De plus un auto-entrepreneur n’est pas soumis aux obligations comptables, il doit seulement tenir un livre des recettes, un registre des achats et enfin conserver toutes les pièces justificatives de son activités.

Un auto-entrepreneur bénéficie également d’avantages fiscaux non négligeables. Tout d’abord ils ne sont pas assujettis à la TVA. 
Cela signifie donc que ces travailleurs n’ont pas à facturer ou déclarer de TVA. Ce régime est donc intéressant par rapport à des activités comme l’artisanat ou ces entreprises sont soumises à la TVA. 


A côté de cela, les auto-entrepreneurs ne peuvent pas récupérer le montant de la TVA, sur leurs achats ou leurs investissements.

Ces travailleurs possèdent beaucoup d’avantages liés à leur régime de travailleur indépendant mais toutefois il existe aussi des inconvénients. Pour commencer, les auto-entrepreneurs doivent posséder un compte bancaire professionnel uniquement dédié aux transactions financières de leur micro-entreprise.
 
Si l'activité de cette micro-entreprise est une activité commerciale ou artisanale, l’auto-entrepreneur doit s'inscrire également au Registre du Commerce et des Sociétés (pour les activités commerciales) ou au Répertoire des Métiers (pour les activités artisanales, à titre principal ou complémentaire). 

Concernant les artisans, leur immatriculation est décernée après l’exécution d’un stage de préparation à l'installation (SPI). Ce stage permet d’obtenir un extrait K-Bis auto-entrepreneur lui permettant d’être plus reconnu auprès de partenaires, fournisseurs ou clients professionnels.

De plus pour éviter une concurrence déloyale entre les auto-entrepreneurs artisans, non assujettie à la TVA et les artisans 
« classique », soumis qu’en à eux à la TVA, les auto entrepreneurs doivent également suivre un Stage de Préparation à l'Installation (SPI) même si leur activité est une activité secondaire dans leur vie professionnelle. Les auto-entrepreneurs dont l’activité est dans le bâtiment devront posséder une assurance responsabilité civile professionnelle et une assurance décennale.
 
Un auto-entrepreneur bénéficie d’une couverture sociale des professions indépendantes (TNS/RSI). Un auto-entrepreneur est donc affilié au RSI pour dans un premier temps, la sécurité sociale et ensuite valider des trimestres de retraite. 
L'auto-entrepreneur est également affilié au régime des indépendants pour sa retraite. 

Le risque de ce régime est que le statut d’auto-entrepreneur rend impossible la séparation entre une structure juridique et le gérant de l’auto-entreprise. Lors de la création d’une micro-entreprise le patrimoine personnel est donc engagé. Si le gérant de l’auto entreprise a des dettes auprès de ses fournisseurs, ces derniers pourront donc se faire payer sur l’un des biens personnels de l’auto-entrepreneur.

En 2018, la loi finance va modifier les seuils concernant leur chiffre d’affaires des auto-entrepreneurs. Pour la vente de marchandise le seuil passe de 82 800€ à 165 600€. Pour la prestation de service, il passe de 33 200€ à 35 200€. Ensuite pour l’activité artisanale il passe encore une fois de 33 200€ à 35 200€. Et pour finir les auto-entrepreneurs en profession libérale passent de 33 200€ à 35 200€.


Pour conclure, depuis 2015, le statut auto-entrepreneur présente de nombreux intérêts notamment en cas de cumul d'activité. De plus, le statut auto-entrepreneur ainsi que le chômage se combinent plutôt bien. De nombreux auto-entrepreneurs commencent leur activité en auto-entreprise alors que ces derniers sont demandeurs d'emploi.