Métiers du numérique : 10.000 formations d’ici 2022

16 mai 2018

Dans le cadre de son Plan d’investissement, le gouvernement a annoncé un objectif de 10.000  formations aux métiers du numérique. Six mois après l’annonce qui vise à former un million de jeunes et un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et à accélérer la transformation de la formation professionnelle. Le coup d’envoi du volet  a été donné jeudi 5 avril par Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, d'après le journal Les Echos. 

Quels sont les métiers concernés ?

Aujourd'hui, 80.000 emplois sont non-pourvus dans les nouvelles technologies de l'information et de l'électronique faute de profils adaptés, selon le rapport du Conseil d'orientation pour l'emploi (2017). Un problème auquel veut remédier le gouvernement.
Et avec une demande des professionnels des technologies numériques qui croît de 4% par an depuis 10 ans, le problème est pressant.

Sont concernés par ce nouveau plan de formation l’ensemble des métiers de la maintenance des matériels, de l’exploitation et de la sécurité, du développement web, ainsi que de tous les autres transformés par la numérisation de notre économie. Parmi les jobs cités, on peut lire web designer, developer, data analyst, traffic manager, responsable CRM, digital curator, forgeur numérique, développeur, community manager, installateur domotique, modeleur 3D…

 

Quels types de formations seront proposées ?

Le plan du gouvernement encourage “l’émergence d’une offre de formation plus efficace, plus pertinente et plus innovante. Il contribuera à la modernisation des organismes de formation, et soutiendra leur transition numérique”, indique le communiqué de Bercy.

“Afin de proposer des formations de qualité et d’atteindre un taux d’emploi élevé, la priorité doit être donnée à des formations longues et qualifiantes, à l’innovation et à un accompagnement individualisé”, a déclaré Muriel Pénicaud.

Pour en savoir plus sur les formations, il faut se rendre sur le site de La Grande école du numérique, qui compte déjà 400 organismes de formation labellisés comme Simplon, Wild Code School, ou encore Webforce3.Pour renforcer son offre de formations, la Grande École du Numérique vient de lancer un nouvel appel à projets. 

Des entreprises volontaires (IBM, Accenture, Capgemini, Linagora, Econocom, Computacenter, CGI, le List de CEA Tech…) et Syntec Numérique, le syndicat professionnel du numérique, se sont par ailleurs engagés à soutenir le plan et recruter des stagiaires à l’issue de la formation.

 

Quel public est concerné par ces formations ?

Les publics cibles sont clairement les jeunes et les demandeurs d’emploi peu qualifiés désirant se former au numérique.
“Ce programme privilégiera 80% de personnes ne disposant pas du baccalauréat”, indique dans son document de présentation le ministère de l’emploi, qui souhaite notamment accompagner les 100.000 jeunes en décrochage scolaire chaque année. 

D'ici 2019, 5.000 personnes peu ou pas qualifiées (niveau bac ou inférieur au bac) en recherche d'emploi seront formées au sein de nouvelles formations labellisées Grande Ecole du Numérique. L'appel à projets prévoit un objectif de 30% de femmes minimum en formation au numérique et 30% de formations situées au sein de quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

 

Avec quels moyens ?

Une enveloppe de 15 milliards d’euros a été consacrée au Plan d’investissement dans les compétences dans son ensemble, sur la période 2018- 2022.

Pour les demandeurs d’emploi, la formation sera prise en charge par Pôle emploi. Bercy évoque un “ensemble de programmes concrets (qui) favoriseront des parcours “sur mesure”, combinant un diagnostic des compétences numériques, la consolidation des savoirs de base, une orientation ciblée en lien avec l’évolution et les besoins des entreprises et enfin un accompagnement visant systématiquement l’accès à l’emploi durable”.