Micro-entrepreneurs : à qui profite la hausse du plafond ?

07 mai 2018

Selon l’étude d’impact du ministère de l’Economie, Les Echos révèle que moins de 6.000 entrepreneurs trouveraient un avantage financier à ce régime. Le plafond de chiffre d’affaires du régime simplifié de la microentreprise sera plus que doublé en 2018. Véritable opportunité ou non ? Tout dépend du niveau de charges et de son envie de tenir une comptabilité.

Pour Fabienne Verstraeten, l’explosion du plafond de chiffre d’affaires des microentrepreneurs jusqu’à 70.000 euros en services et 170.000 euros en marchandises au 1er janvier 2018 est un cadeau à double tranchant. La micro-entrepreneuse de 56 ans est psychanalyste à Marseille. Elle s’est installée en février 2017 avec la conviction que « ce régime est le plus adéquat pour opérer une transition professionnelle. Je suis toujours en formation et j’ai encore peu de patients ». En microentreprise, elle est gagnante sur tous les tableaux : peu de contraintes administratives et des charges prélevées sur le chiffre d’affaires. Fabienne Verstraeten bénéficie même, grâce au dispositif Accre, d’un taux de charges sociales réduit à 5,8 % les douze premiers mois de son activité. Mais une fois cet avantage éteint – il est dégressif sur trois ans –, il lui faudra peut-être reconsidérer sa situation. « C’est une période d’apprentissage de ma profession et des règles légales de gestion d’une entreprise. Le seul reproche au régime de microentrepreneur, c’est qu’on ne peut déduire aucune charge, alors que les miennes s’élèvent à 600 euros minimum par mois. »
Propos recueillit par Les Echos

Un avantage pour 6.000 micro-entrepreneurs

La question des charges est centrale pour déterminer si un micro-entrepreneur a avantage ou non à rester dans ce régime simplifié. Le président de la Fédération des centres de gestion agréés, estime que 40 % des 300.000 adhérents aux centres de gestion agréés, artisans et TPE, sont dans la tranche de chiffre d’affaires concernée. Mais au final, combien seront-ils à choisir la microentreprise ? Selon l’étude d’impact du ministère de l’Economie, moins de 6.000 seulement y trouveraient un avantage financier.